Accueil > Blog > La vision de nuit... Comment ça fonctionne?
La vision de nuit... Comment ça fonctionne?

L'hiver est là, les journées sont plus courtes! Nous conduisons plus souvent de nuit, et nous sommes plus facilement génées par les lumières : phares de voitures, réverbères, lumières des tunnels, ... Pourquoi sommes nous si facilement éblouis? Comment fonctionne la vision de nuit?

 

La vision de nuit ou vision scotopique...

Le fonctionnement de l'oeil

Sur la rétine il y a différents types de capteurs, qui permettent de créer un "code" qui sera envoyé au cerveau via le nerf optique pour analyser l'image observée. 

Les principaux capteurs sont les cônes et les batônnets. Les cônes permettent d'analyser la vision des couleurs, les batonnêts permettent la vision en noir et blanc.

Les batônnets sont présents en plus grande quantité, ils sont plus longs et plus larges que les cônes, ils ont donc besoin de moins de lumière pour être activés. De plus, ils sont plus réactifs aux mouvements que les cônes.

La rhodopsine est un pigment contenu dans les batônnets. Au contact de l'énergie lumineuse, elle explose afin d'améliorer la vision scotopique.

Il faut compter environ 20 minutes, pour que les batônnets aient un stock de rhodopsine suffisamment élevé qui permettra une vision plus confortable dans l'obscurité. Après 45 minutes environ, le confort sera à son maximum.

Les personnes atteintes d'achromatopsie (daltoniens, ... ) ne possèdent pas ou peu de cônes. Elles sont souvent plus sensibles à la lumière (photophobie).

Rappelons que ce sont les cônes qui réagissent mieux à la luminosité, comme ces personnes en possèdent moins, leur adaptation est donc plus difficiles! Elles ont donc plus de facilité à s'adapter à la vision nocturne.

 

L'éblouissement

Lorsque nous conduisons de nuit, sur une route peu éclairée, notre oeil s'adapte. La rodopsine se synthètise et notre vision s'améliore. Quand nous croisons un véhicule éclairé, tout ce système est perturbé et nous avons la sensation d'éblouissement. Les cônes réagissent à la lumière et les batônnets se mettent au repos! Puis le retour dans l'obscurité entraîne la réaction inverse : Les batônnets active la rhodopsine qui se synthétise à nouveau, ... etc

 

La myopie nocturne :

La nuit, l'oeil a plus de difficulté à faire la mise au point sur un objet. L'oeil accommode donc moins facilement et la vision semble plus floue. De plus la pupille étant dilatée, nous percevons les abbérations liées au contour de la cornée, en périphérie de la pupille. La vision est donc moins confortable.

Les solutions...

Il existe différents types de solution pour la vision nocturne. Tout dépendra du besoin 

Les jumelles :

Si l'on souhaite observer des objets éloignés de nuit, certaines jumelles sont spécifiques à cet usage. Il en existe de différents types :

Amplification de la lumière :

La quantité de lumière est augmantée grâce aux petites sources de lumières visibles (lune, étoires, ...) 

Infrarouge :

Une diode émettant dans l'infrarouge éclaire les rayons non-visiblles à l'oeil nu. Il permet de voir dans l'obscurité totale.

Vision thermique :

Elle permet de distinguer les objets en fonction des différences de températures.

 

Dans le cas de jumelles "simples", il est possible d'obtenir une vision dans l'obsurité en fonction de différents paramètres. Retrouvez ces informations dans l'article ICI!

Les verres jaunes :

Grâce à une légère teinte jaune, la vision de nuit sera plus confortable. En effet, cette teinte vous offrira plus de contraste et donnera la sensation d'être dans un milieu éclairé. Les cônes seront donc plus facilement activés et vous permettront d'être moins ébloui lorsque vous croiserez un véhicule éclairé.

L'antireflet :

Le verre avec l'antireflet offre plus de transparence. De plus, il permet d'augmenter la transmission et de diminuer la réfléction de la lumière. Le confort en vision nocturne sera donc amélioré par rapport à un verre sans traitement antireflet.